Elsa Ballanfat — L’espace vide. Phénoménologie et chorégraphie

Qu’est-ce que l’espace ? L’espace vide existe-t-il ou n’est-il rien ? L’ouvrage répond à ces problèmes en les abordant d’un point de vue inédit en philosophie, celui de la chorégraphie contemporaine.

Tandis que le concept de vide a été accepté en Occident au prix de sa stricte application au domaine des sciences physiques, l’œuvre chorégraphique de Merce Cunningham en particulier place le spectateur devant une perception paradoxale : le vide n’est rien mais le chorégraphe le rend visible. Dès lors, le caractère paradoxal de cette perception bouleverse les distinctions conceptuelles : comment la phénoménologie pourrait-elle admettre qu’il existe une perception du vide ?

En nous appuyant sur Maldiney, Heidegger et plusieurs philosophes japonais, connus de ces deux auteurs comme de Merce Cunningham, il est apparu que l’apparaître du vide pouvait bien se décrire comme une ouverture de l’espace. Le rapport au corps s’avère alors décisif : tant qu’il conçoit le corps comme quelque chose qu’il a, le sujet perçoit l’espace comme celui de ses possibles. Au contraire, percevoir le vide implique une attitude de détachement. Nous participons d’un tout spatial et temporel dont la perception dépend aussi d’une conscience globale de nous-mêmes. Nous sommes corps et esprit, de même que le monde offre à notre regard son essentiel vide et son plein.

ISBN: 978-606-697-132-4 (print)
ISBN: 978-606-697-133-1 (ebook)

Scroll to Top